Présence au monde

Partage Carême

La communauté chrétienne Notre-Dame-de-Grâce traduit son ouverture au monde en participant financièrement chaque année à un projet d’un pays du sud.

Cette campagne que nous appelons Partage Carême a lieu du mercredi des cendres jusqu’après le dimanche de Pâques. Elle vise à combattre la pauvreté et l’injustice en soutenant des projets qui améliorent la qualité de vie des citoyens concernés et aident – à la mesure de nos moyens -  à construire un monde plus équitable.

Faire un don à Partage Carême.

 

Solidarité internationale

  • Poulailler au Cameroun

    Partage-CARÊME 2022

    Depuis 2018, à l’occasion du partage-carême, notre paroisse participe au projet du groupe communautaire SIKAADIH (terme qui signifie « Dieu ne dort pas »). Ce groupe, composé d’une cinquantaine de familles établies à Batchukang au Cameroun, s’est donné pour objectif d’améliorer les conditions de vie de ses membres en leur fournissant de l’électricité, des moulins à grains, de l’eau potable et en les dotant d’une pisciculture et d’un élevage de volaille. Le but ultime est d’acquérir les moyens nécessaires pour atteindre une pleine autonomie.

    NOTRE PROJET POUR 2022

    Avec l’appui technique des administrations gouvernementales de la région, SIKAADIH compte :

    1. moderniser le puits creusé en 2018 en y ajoutant un château d’eau et une pompe électrique alimentée par la mini-centrale (2 700 $);
    2. finir les travaux sur le second étang et l’étang hors-sol (3 250 $);
    3. acquérir des géniteurs d’alevins (1 870 $);
    4. acheter des aliments pour établir une pisciculture dans les étangs (5 080 $).

    La vente des surplus d’œufs de l’incubateur existant et de poissons permettra à SIKAADIH de se doter d’une « Caisse des dons » qui servira à financer ses futurs projets comme le creusage d’un second puits pour l’eau potable.

    Le coût total du projet pour 2022 est de 12 900 $. Comptant sur votre soutien indéfectible et votre grande générosité, nous espérons que vos dons atteidront ce montant. La réalisation de ce projet permettrait alors à SIKAADIH d’acquérir une pleine autonomie financière. De notre côté, nous pourrions envisager le soutien du projet d’une autre communauté en difficulté dans le cadre du partage-carême de l’an prochain.

    Les quatre premières années du projet

    Avec l’aide financière que nous lui avons fournie durant les quatre premières années du projet, SIKAADIH a déjà complété plusieurs travaux importants :

    • CamerounUne mini-centrale hydroélectrique a été reconstruite et une cinquantaine de maisons (les deux tiers environ du village de Batchukang) ont maintenant accès à de l’électricité. De plus, quatre lampadaires ont été installés sur la place du village.
    • Le groupe s’est aussi procuré des moulins à grains et les a branchés à la centrale pour transformer les produits de leurs récoltes, ce qui facilite grandement le travail des habitantes du village.
    • Un hangar servant à protéger les installations électriques et une maisonnette abritant les moulins ont été construits.
    • En 2019 et 2020, SIKAADIH a complété le creusage d’un puits à la main, à proximité de la maternelle de Batchukang. Il représente une nette amélioration des conditions de vie des habitants de ce village qui devaient parcourir une distance de 8 km pour se procurer de l’eau potable.
    • Bien que la pandémie ait retardé la réalisation des travaux en 2020 et 2021, SIKAADIH a récemment pu mettre sur pied un élevage de volaille, construire un incubateur pouvant recevoir 2 400 œufs et amorcé le creusage d’un second étang, en aval du premier déjà existant, ainsi que la construction d’un étang hors-sol, pour élever des poissons.

     

    Pour faire un don, vous pouvez :

    1. utiliser PayPal en cliquant ici. Un reçu pour fins d’impôts vous sera envoyé si vous indiquez vos coordonnées lors de la transaction.

    2. faire un chèque libellé au nom de la Paroisse Notre-Dame de Grâce en spécifiant « Don pour le partage-carême » et en le déposant ou en le postant au 5333, avenue Notre-Dame-de-Grâce, Montréal (Québec) H4A 1L2.

    Un reçu pour fins d’impôts vous sera envoyé si vous indiquez vos coordonnées.

    Quelle que soit l’aide que vous pourrez apporter à nos amis du Cameroun, elle sera très appréciée. Les montants recueillis seront intégralement versés à SIKAADIH.

    Merci d’avance de votre générosité.
    Le Comité Justice et Solidarité.

    • Cameroun

      2018 - 2020

      Malgré l’épidémie de COVID-19 qui frappe le monde entier, nous restons en contact avec nos amis du Cameroun.

      Ils nous écrivent d’ailleurs que « à cause de cette pandémie, les travaux avancent un peu lentement mais très sûrement. » Toutefois, ils n’ont pas encore terminé les travaux sur le puits. En effet, ils ont dû creuser jusqu’à 41 m de profondeur pour atteindre l’eau, ce qui a fait augmenter considérablement leurs coûts.

      Dans les circonstances, nous avons décidé de les aider – dans la mesure de nos moyens actuels – et de remettre à l’an prochain la troisième étape de notre campagne. Voici un aperçu de ce qui a été fait et de ce qui reste à faire, accompagné de quelques photos récentes. Lire la suite

    • Serrres au Mexique

      2015-2017

      Projet de développement agricole dans l’État d’Oaxaca au Mexique

      Ce projet visait à soutenir à soutenir des communautés autochtones et paysannes de la Sierra Sur qui cherchaient à défendre leur territoire contre l’établissement d’une mine à ciel ouvert en le mettant en valeur par le développement d’activités agraires biologiques.

      Le projet comprenait l’achat de quatre serres en 2015; l’achat et la construction de quatre serres supplémentaires en 2016 et la construction d’enclos et l’achat de poules et de lapins avec formation technique en 2017.

      photo: Une des serres dont la paroisse a financé l’achat

    • Microcrédit de l'AFUAD

      2011-2014

      Projet de microcrédit de l’AFUAD (l’Association Féminine pour l’Union, l’Action et le Développement) de Ouagadougou au Burkina Faso
      Ce projet consistait à fournir aux membres de l’AFUAD, fondée par une ancienne paroissienne, les fonds nécessaires pour développer leur AGR (activité génératrice de revenus), de façon à améliorer leurs conditions de vie et celles de leur entourage. Le nombre de femmes membres de l’AFUAD qui ont bénéficié d’un crédit a augmenté progressivement d’année en année, passant de 55$ en 2011 à 101$ en 2014.