Catéchèse

La paroisse Notre-Dame de Grâce offre des catéchèses aux enfants de sept à douze ans. Celles-ci s’appuient essentiellement sur la Parole de Dieu par le biais du récit biblique, invitant l’enfant à une relation personnelle avec Dieu, avec Jésus. Nous favorisons le récit parce qu’il est le mode le plus simple et le plus universel de transmettre une histoire, une mémoire, une foi. Une fois le récit raconté, nous complétons par une activité d’intégration.

Enfant Bible

Chers parents,

L’équipe d’Initiation chrétienne est heureuse de vous informer de la reprise cet automne 2021, des catéchèses d’initiation chrétienne en présentiel, si bien sûr la situation sanitaire le permet.

Nous vous rappelons que ces catéchèses sont indispensables pour donner accès à vos enfants à la préparation des sacrements de Première Communion et de Confirmation. Comme par le passé, elles auront lieu à la paroisse soit le vendredi de 19h00 à 20h00 soit le dimanche de 10h50 à 11h50.

Le parcours catéchétique que nous proposons est une invitation à entrer en relation avec Dieu à travers l’actualisation de sa Parole et la préparation aux sacrements de la Première Communion et de la Confirmation. Nous mettons l’accent sur les récits bibliques et leur intégration par une activité et sur l’expérience de la prière. Le parcours catéchétique menant à la Première communion se fait en quatre étapes et celui menant à la Confirmation en cinq étapes.

Pour chaque année, le programme que nous offrons se divise en deux étapes, l’une à l’automne et l’autre au printemps. Cet automne, neufs catéchèses et au printemps, huit catéchèses seront offertes.

Vous trouverez ci-joint une fiche d’inscription à compléter (2021-2022) et à nous retourner par la poste, par courriel ou en la déposant au secrétariat de la paroisse accompagnée du paiement des frais d’inscription d’un montant de 90$ par enfant. Ces frais ne doivent en aucun cas être un empêchement à l’inscription de votre enfant à la catéchèse. Pour en discuter, n’hésitez pas à prendre contact avec Gilda Routy par téléphone au 514-239-6324 ou par courriel à l’adresse gilda.routy@gmail.com. Gilda Routy et Line Sauvé


 

 

Initiation chrétienne

Catéchèse du printemps 2022


Vendredi, le 11 mars : L’entrée de Jésus à Jérusalem-Les vendeurs chassés du Temple

L’entrée de Jésus à Jérusalem sur un ânon est provocante pour les chefs religieux. Jésus apparaît aux yeux de la foule des pèlerins comme un prophète porteur d’un ordre nouveau et différent, opposé à celui qu’imposent les généraux romains, montés sur leurs chevaux de guerre. L’acte public de Jésus annonçant un anti-royaume non violent a contribué à décider de son exécution. Par ailleurs, l’action de Jésus dans le Temple en y chassant les vendeurs, a directement conduit à sa condamnation.

Vendredi, le 18 mars : Le dernier repas de Jésus et le lavement des pieds

« Jésus organise un repas d’adieu très particulier avec ses amis et ses amies les plus proches. Avec le geste prophétique du partage du pain et du vin que tous reçoivent, Jésus fait de ce repas l’acte le plus important de sa vie, celui qu’il veut laisser gravé pour toujours dans l’esprit de ses continuateurs. Qu’ils gardent de lui le souvenir de son engagement total à servir. Ils ne seront pas orphelins, la communion avec lui ne s’interrompra pas avec sa mort ; elle sera maintenue jusqu’au jour où tous ensemble ils boiront la coupe de « vin nouveau » dans le Royaume de Dieu, son Père. » José Antonio Pagola, Jésus, Approche historique, Éditions du Cerf.

Vendredi, le 25 mars : Jésus à Gethsémani et l’arrestation de Jésus
Il faut comprendre que la volonté de Dieu n’est pas la mort de Jésus en croix mais bien que Jésus aille au bout de sa mission prophétique, c’est-à-dire d’annoncer le Royaume de Dieu, un royaume de justice et d’amour, révélant un Dieu miséricordieux et plein d’amour.

Vendredi, le 1er avril : Le reniement de Pierre - Les procès de Caïphe et de Pilate

« Le Royaume de Dieu défendu par Jésus remet en question à la fois l’édifice romain et le système du Temple. Les autorités juives, fidèles au Dieu du Temple, se sentent tenues de réagir : Jésus est un gêneur. Il invoque Dieu pour défendre la vie des exclus. Caïphe et les siens invoquent Dieu pour défendre les intérêts du Temple. De même, Jésus ne voit pas dans le système défendu par Pilate un monde organisé selon le cœur de Dieu. Il défend les intérêts des oubliés de l’Empire. Pilate protège les intérêts de Rome. Jésus est crucifié à cause de son action et de son message qui ébranlent les fondements du système organisé au bénéfice des puissants de l’Empire et de la religion du Temple. » José Antonio Pagola.

Vendredi, le 8 avril : Jésus porte sa croix et la mort de Jésus

« Le chemin des humains est toujours de quelque manière un chemin de croix. C’est le chemin dans lequel tous les humiliés de la terre peuvent se reconnaître. Un homme a voulu prêcher l’amour, la compréhension, le pardon des péchés. Mais il est jugé intolérable par les chefs des prêtres et les scribes. Lors de sa passion, Jésus n’est plus qu’un homme seul qui ressemble à un perdant. Jésus n’invoque pas la puissance de Dieu pour renverser ses adversaires, et c’est cela que nous ne comprenons pas. Jésus sait que dans son combat avec l’être humain, Dieu ne peut pas vaincre en recourant à la force. Il montre précisément sa force en y renonçant. » André Beauchamp.

Vendredi, le 15 avril : Vendredi-saint : il n’y a pas de catéchèse

Vendredi, le 22 avril : L’apparition de Jésus aux Saintes Femmes

Avec la résurrection de Jésus, nous plongeons au cœur du mystère chrétien. C’est la « Bonne Nouvelle » par excellence, celle qui a réussi à traverser des siècles d’histoire humaine. Ressuscité, il n’a plus le corps donné par l’hérédité de ses parents. Nous faisons fausse route si nous concevons la résurrection comme la réanimation d’un cadavre. Ce corps éveillé de Jésus apparaît avec une nouvelle qualité d’être. On pourrait parler de « mutation » ; d’ailleurs, on donne souvent l’exemple de la métamorphose du papillon comme explication du mystère de la résurrection. Ressusciter, c’est d’être introduit dans le monde de Dieu.

Vendredi, le 29 avril : L’apparition de Jésus au lac de Tibériade

La joie des premiers disciples en découvrant que Dieu n’avait pas abandonné Jésus est perceptible dans les textes. En le ressuscitant, Dieu a confirmé la vie et le message de Jésus, son projet du Royaume de Dieu et son action tout entière. Dans l’évangile de cette catéchèse, Jésus ressuscité se manifeste à ses disciples par une deuxième pêche miraculeuse. C’est en effet sur les rives du lac de Tibériade que les Apôtres ont rencontré Jésus, qu’ils ont reçu son appel à le suivre. Jésus veut revivre avec eux le souvenir de ces évènements heureux. C’est une dernière rencontre dans l’intimité des disciples avec Jésus. Ils mangent ensemble au bord d’un feu de braise. Ils ne disent rien et Jésus non plus. Tout se passe à l’intérieur. Dorénavant, c’est à eux de partir en mission. En se retirant du groupe avec Pierre, Jésus permet à celui-ci de transformer son triple reniement en une triple affirmation d’amour et de fidélité : « Tu sais bien, Seigneur, que je t’aime. » Jésus constitue alors Pierre le chef des pasteurs de son troupeau.

Vendredi, le 6 mai : L’Ascension de Jésus

L’Ascension, c’est l’ultime rencontre de Jésus avec les siens avant de monter, d’entrer dans le monde de son Père. Pour Jésus, l’Ascension, c’est l’accomplissement, l’achèvement de la résurrection, son entrée en gloire auprès du Père. Mais c’est aussi une transformation de sa présence au milieu de nous. C’est le passage à l’âge de l’Esprit-Saint, le temps de la mission : « Vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit-Saint qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem,…et jusqu’aux extrémités de la terre. » (Ac 1,8) et à la fin, cette parole réconfortante de Jésus qui nous promet sa présence, son accompagnement : « Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »